le territoire visé

Un territoire naturel lié aux autres..

L'objectif de la Coalition Mont-Kaaikop est de créer un territoire naturel et protégé, interconnecté aux autres territoires sauvages existants et potentiels, pour assurer la pérennité des écosystèmes et du réseau hydrique, la diversité  et le libre épanouissement  des espèces animales et végétales, et l’accès public aux splendeurs écologiques, par le soutien d'activités récréatives et de tourisme non-invasives et récurrentes.

 

Le site du Mont-Kaaikop comprend le massif du Kaaikop, les terres publiques environnantes et un corridor de biodiversité reliant le Mont-Tremblant, le mont Kaaikop, le territoire mohawk de Tioweroton et l'aire protégée projetée de la Forêt Ouareau. Voir la carte

 

Le mont Kaaikop est l'un des plus hauts sommets intacts des Laurentides, culminant à 838 mètres d'altitude. Accessible depuis la base de plein air L'Interval, son dénivelé de 342 mètres à partir du lac Legault fait de sa randonnée à pied, à raquette ou à ski de fond vers le sommet une expérience gratifiante, pour un parcours balisé de 2,8 kilomètres, d'une durée moyenne de 1,5 heure.

 

Les forêts du mont Kaaikop poussent en altitude, sur des sols minces, en pentes raides et sont soumises aux conditions climatiques rigoureuses, typiques des hauts sommets des Laurentides. Une caractérisation partielle du mont Kaaikop, réalisée par une firme professionnelle indépendante, mandatée par la Coalition, révèle que les forêts du Kaaikop sont très âgées, et maintes fois centenaires.

 

Les terres entourant le mont Kaaikop et celles faisant partie du corridor de biodiversité ont elles aussi leurs caractéristiques particulières, mais leur état naturel n'a pas été aussi bien préservé qu'au Kaaikop. Les sommets du Kaaikop se trouvent à Sainte-Lucie-des-Laurentides, dans la région administrative des Laurentides. Les versants nord et est sont à Saint-Donat-de-Montcalm et à Notre-Dame-de-la-Merci, dans la région administrative de Lanaudière. Ces divisions municipales et administratives ont permis l'exploitation des ressources naturelles à divers degrés. Certaines terres sont restées intactes, avec leur qualités et leurs écosystèmes riches et sains. D'autres ont été exploitées et doivent recouvrer leurs qualités d'origine.

 

Les vieilles forêts sont devenues rares Québec, qui plus est dans les Laurentides et dans Lanaudière. Les instances publiques ont fixé des objectifs de préservation des milieux naturels, des paysages, des anciennes forêts, des écosystèmes et des habitats pour garantir la pérennité du patrimoine écologique du Québec. Ces objectifs sont très loin des cibles déterminées et des échéanciers fixés. La création d'une aire protégée au Mont-Kaaikop permettrait de se rapprocher de plusieurs de ces objectifs.  

 

Retour

« Nous nous sommes enrichis de l’utilisation prodigue de nos ressources naturelles et nous avons de justes raisons d’être fier de notre progrès. Mais le temps est venu d’envisager ce qui arrivera quand nos forêts ne seront plus, quand le charbon, le fer et le pétrole seront épuisés, quand les sols auront été appauvris et lessivés vers les fleuves, polluant leurs eaux, dénudant les champs et faisant obstacle à la navigation. »

 

Théodore Roosevelt

Président des États-Unis d'Amérique

(1901-1909)