Le MFFP et la Coalition en mode coopératif


Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec (le MFFP) et la Coalition Mont-Kaaikop (la Coalition) [1] ont convenu de travailler conjointement à la planification des usages et à la mise en place de solutions de développement durable au Mont-Kaaikop. Cette volonté de coopération fait suite à divers échanges entre les parties, dans le but de dénouer l’impasse dans le dossier du Mont-Kaaikop.

Une réflexion coopérative proposée

La Coalition Mont-Kaaikop a accepté la proposition du MFFP sur la planification et l’harmonisation des usages relatifs au Mont-Kaaikop. Dans sa réponse du 16 décembre 2016 au MFFP, la Coalition demandait que le processus de réflexion coopérative soit une approche convenue entre les parties, novatrice et inclusive, avec un cadre de travail, des règles de fonctionnement et des balises claires. Dans sa réponse du 11 janvier 2017, le MFFP a accueilli favorablement la volonté de la Coalition de travailler conjointement avec le MFFP pour la mise en place de solutions d’aménagement durables au Mont-Kaaikop. La majorité des conditions ayant été acceptées, la première rencontre où seraient établis un plan de travail et un calendrier de rencontres devrait être confirmée sous peu.

Des positions toujours opposées

Malgré cette ouverture et cette volonté de dialogue, les positions des parties demeurent, pour le moment, assez campées ; la Coalition souhaite préserver la nature intacte du mont Kaaikop, nommément les écosystèmes forestiers particuliers, et le MFFP croit toujours en une planification harmonieuse d’aménagements forestiers, tout en assurant la multiplicité des usages. Ainsi, dans le cadre de leurs échanges, les parties ont convenus de considérer toutes les options, allant de la préservation naturelle et intégrale du milieu jusqu’aux scénarios d’aménagement dans des secteurs définis.

Pour assurer le bon déroulement des instances et le succès de la démarche, la Coalition a demandé à ce que les pourparlers soient dirigés par une tierce partie, indépendante, neutre et acceptée par les parties prenantes. Cette partie pourrait faciliter les échanges, permettre un rapprochement des positions ou offrir un terrain favorable à la médiation, le cas échéant. Bien que le principe de la présence de cette tierce partie ait été accepté par le MFFP et la Coalition, il demeure un point à négocier.

Quelques réactions…

Pour l’heure, il est permis d’espérer. Monsieur le maire Serge Chénier, de la Municipalité de Sainte-Lucie-des-Laurentides, s’est dit : « confiant que les efforts du passé permettent d’entrevoir une solution négociée, pour assurer à court, moyen et long termes la qualité du territoire du Mont-Kaaikop. Pour notre petite municipalité, le mont Kaaikop est un symbole identitaire important. Sainte-Lucie veut développer encore plus l’écotourisme et il est certain que ce majestueux sommet dans les Laurentides fait partie de nos plans de promotion et de développement. Je suis fier d’avoir milité en ce sens depuis le début et de maintenir le cap pour garder la beauté, l’intégrité et la sérénité de nos paysages naturels. »

Pour le directeur général du MFFP, Monsieur Pierre Ménard, il demeure « convaincu qu’un aménagement forestier durable intégrant les préoccupations du milieu est réalisable au mont Kaaikop. »

Selon le président du conseil d’administration de la Coalition, Monsieur Robert Gravel : « Nous nous réjouissons bien sûr de la possibilité de discuter franchement avec le MFFP. Mais nous n’en sommes pas à notre première tentative de règlement. Il y a eu, entre-autres, le Comité de règlement des différends de la défunte Commission des ressources naturelles et du territoire des Laurentides (CRNTL) et la Conférence de règlement à l’amiable de la Cour supérieure du Québec. Comme le disent les Anglais : « Le diable est dans les détails… » Alors, nous demeurons prudents et souhaitons que cette fois-ci soit la bonne. »

Rappelons que le conflit au Mont-Kaaikop entre dans sa quatrième année et que le territoire est toujours visé par des plans de coupes de bois. La Coalition a fait caractériser le mont Kaaikop par une firme professionnelle indépendante et il est prévu que ces données soient comparées à celles du gouvernement. Selon les études connues à ce jour, le mont Kaaikop est dans un état de conservation naturelle rare pour une montagne de proximité de cette envergure. C’est l’une des raisons qui a poussé la Coalition Mont-Kaaikop à demander officiellement, en novembre dernier, la création d’une aire protégée au Mont-Kaaikop.

Ces négociations entre le MFFP et la Coalition font en sorte que les plans d’aménagement forestiers projetés au Mont-Kaaikop sont suspendus, tant que la négociation durera. À terme, le MFFP prévoit « déposer, pour fin de consultation publique, un projet d’aménagement forestier durable qui suscitera l’adhésion du plus grand nombre d’acteurs concernés. »

Crédit photo: Jacques B. Geoffroy

[1] La Coalition Mont-Kaaikop est soutenue par la Municipalité de Sainte-Lucie-des-Laurentides et de nombreuses autres municipalités, les communautés mohawks de Kahnawake et Kanesatake, la base de plein air L’Interval et des associations et organismes touristiques et environnementaux. La Coalition a remporté en octobre 2014 le premier grand prix « Opération Charme » de la Fondation David Suzuki.