les types d'aires protégées

Les aires protégées au Québec sont classées en tenant compte des six catégories de gestion proposées par l’Union internationale pour la conservation de la nature en 1994 (cela en référence à la Loi sur la conservation du patrimoine naturel). Ces catégories de gestion se résument comme suit :

 

Catégorie Ia Aire protégée administrée principalement pour la science et la protection de la nature

  • Espace terrestre ou marin, comportant des écosystèmes, des éléments géologiques ou physiographiques ou encore des espèces remarquables ou représentatives, administré principalement à des fins de recherche scientifique et de surveillance continue de l'environnement. Exemple au Québec : le statut de réserve écologique.

Catégorie Ib Aire protégée administrée principalement pour la protection des ressources sauvages

  • Vaste espace terrestre ou marin, intact ou peu modifié, ayant conservé son caractère naturel, dépourvu d'habitation permanente ou importante, protégé et géré dans le but de préserver son état naturel. Exemple au Québec : aucun.

Catégorie II Aire protégée administrée principalement pour la protection des écosystèmes et aux fins de récréation

  • Zone naturelle, terrestre ou marine, désignée : (a) pour protéger l'intégrité écologique dans un ou plusieurs écosystèmes pour le bien des générations actuelles et futures; (b) pour exclure toute exploitation ou occupation incompatible avec les objectifs de la désignation; (c) pour offrir des possibilités de visite, à des fins scientifiques, éducatives, spirituelles, récréatives ou touristiques, tout en respectant le milieu naturel et la culture des communautés locales. Exemple au Québec : le statut de parc national québécois.

Catégorie III Aire protégée administrée principalement dans le but de préserver des éléments naturels spécifiques

  • Aire contenant un ou plusieurs éléments naturels ou naturels et culturels particuliers d'importance exceptionnelle ou unique, méritant d'être protégée du fait de sa rareté, de sa représentativité, de ses qualités esthétiques ou de son importance culturelle intrinsèque. Exemple au Québec : les statuts de réserve de biodiversité, de réserve aquatique et fréquemment, de refuge d’oiseaux migrateurs.

Catégorie IV Aire protégée administrée principalement aux fins de conservation par l’aménagement

  • Aire terrestre ou marine faisant l'objet d'une intervention active quant à sa gestion, de façon à garantir le maintien des habitats ou à satisfaire aux exigences d'espèces particulières. Exemple au Québec : aire de confinement du cerf de Virginie en vertu du Règlement sur les habitats fauniques.

Catégorie V Aire protégée administrée principalement dans le but d’assurer la conservation de paysages terrestres ou marins et aux fins récréatives

  • Zone terrestre englobant parfois la côte et la mer, dont le paysage possède des qualités esthétiques, écologiques ou culturelles particulières, résultant de l'interaction ancienne de l'homme et de la nature, et présentant souvent une grande diversité biologique. Le maintien de l'intégrité de cette interaction traditionnelle est essentielle à la protection, au maintien et à l'évolution d'une telle aire. Exemple au Québec : aucun.

Catégorie VI Aire protégée administrée principalement aux fins d’utilisation durable des écosystèmes naturels

  • Aire contenant des systèmes naturels, en grande partie non modifiés, gérée de façon à assurer la protection et le maintien à long terme de la diversité biologique, tout en garantissant la durabilité des fonctions et des produits naturels nécessaires au bien-être de la communauté. Exemple au Québec : aire de concentration d’oiseaux aquatiques en vertu du Règlement sur les habitats fauniques, parfois un refuge faunique, parfois une réserve nationale de faune.

 

Pour être admissibles au Registre des aires protégées au Québec, une désignation et un territoire doivent remplir les conditions suivantes : être conformes à la définition d’aire protégée de l’UICN (1994) ou de la LCPN;répondre aux critères de sélection relatifs à une catégorie définie par l’UICN dans ses Lignes directrices pour les catégories de gestion des aires protégées.