la caractérisation au Mont-Kaaikop

Une caractérisation pour mieux planifier l'avenir...

Le site du Mont-Kaaikop comprend le massif du Kaaikop, les terres publiques environnantes et un corridor de biodiversité reliant le Mont-Tremblant, le mont Kaaikop, le territoire mohawk de Tioweroton et l'aire protégée projetée de la Forêt Ouareau. Depuis le début de sa lutte (en juin 2013) pour préserver le Mont-Kaaikop, la Coalition a maintes fois demandé au ministère des Forêts, de la Faune et des Parc du Québec (MFFP) qu'il lui fournisse la caractérisation qu'il possède du Mont-Kaaikop. Le MFFP n'a jamais voulu ou n'a jamais pu  fournir cette caractérisation. 

 

Toutes les initiatives de la Coalition et toutes ses propositions de règlement à l'amiable reposent sur une approche terre-à-terre et scientifique pour bien appuyer ses démarches. Devant le refus du MFFP, la Coalition s'est substituée au gouvernement du Québec et a mandaté une firme professionnelle indépendante pour caractériser en partie le mont Kaaikop. Cette étude a été payée par une levée de fonds, où la générosité des gens et des organismes a permis de raffiner le projet de préservation. Les résultats de la caractérisation indépendante confirment les prétentions de la Coalition, à savoir que le mont Kaaikop est un milieu d'exception, d'une valeur identitaire, sociale et écologique certaine et rare.

 

Par exemple, les forêts du mont Kaaikop poussent en altitude, sur des sols minces, en pentes raides et sont soumises aux conditions climatiques rigoureuses, typiques des hauts sommets des Laurentides. La caractérisation partielle du mont Kaaikop, réalisée par une firme professionnelle indépendante, mandatée par la Coalition, révèle que les forêts du Kaaikop sont très âgées, et maintes fois centenaires.

 

Au MFFP, l'âge des forêts a été déterminé par géomatique. 92% des forêts ciblées par les plans d'aménagement forestier planifiés en 2013 par le MFFP étaient de vieilles forêts. (Cette récolte n'a pas été réalisée car une injonction interlocutoire obtenue en janvier 2014 a évité la perte de ce patrimoine naturel). Dans le patron de récolte, la tranche d'arbres évalués à 70 ans et plus représente à elle seule 55% de la récolte prévue. Les arbres de 90 ans et plus (90 ans, jeunes et vieilles forêts inéquiennes) représentent un autre  40%. Au total, les objectifs de récolte du chantier Legault étaient constitué à 95% d'arbres âgés.

 

Pour estimer l'âge des arbres, la géomatique prend en compte le diamètre des troncs et des bouquets. Puisque les arbres au Kaaikop poussent lentement en altitude, dans des conditions rigoureuses, on peut supposer que les anneaux de croissance sont rapprochés et que les arbres d'un diamètre donné sont beaucoup plus vieux que ceux de taille similaire qui poussent dans des conditions normales ou optimales.

 

Un autre exemple est le réseau hydrique au Kaaikop, fragile et particulier. Avec cinq lac de tête, les lacs Feuillage, Legault, Lemieux, du Pierrier et Violon récoltent les précipitations et les acheminent en surface et en souterrain dans un réseau hydraulique complexe. De nombreux cours d'eau et des zones humides captent les eaux et régularise les débits pour éviter l'érosions de sols minces et pentus au Kaaikop.

 

Cette section est en cours de construction.  

 

Haut de la page

 

Info/Web : info@kaaikop.com 

2018-2020 : COALITION MONT-KAAIKOP